Aujourd'hui, elle (05)...chante sous la pluie.

Publié le 5 Octobre 2014

Image Wikimédia

Aujourd’hui, elle a bravé la pluie fine mais tenace.

Son vieux parapluie, tout heureux d’être de la partie, se gonflait d’aise

- Voyez, je suis le roi !

Quelle présomption ! Nul ne le contemplait dans les rues désertes si ce n’est deux pré-ados slalomant à trottinette.

Zou !

Zou !

Ils l’ont frôlée et, avant elle, se sont engouffrés dans le parc communal.

Le kiosque, tristounet sous la grisaille, s’en est senti tout en joie, les oiseaux retrouvaient leur nid. D’autres allaient bientôt les rejoindre. Heureuse jeunesse qui piaillait comme des moineaux.

 

Elle a poursuivi sa promenade et a emprunté le sentier sinuant dans le pré.

En tête un refrain lui a fait oublier l’espace temps.

Ils sont dans les vignes les Moineaux

Ils sont dans les vignes les Moineaux

Ils ont mangé les pépins

Ils ont craché les raisins

Ils sont dans les vignes les Moineaux

Ils sont dans les vignes les Moineaux

Ils ont mangé les raisins

Ils ont craché les pépins

Ha ha ha ha ha…

 

Elle s’est mise à chantonner tout en observant les ânes stoïques sous la bruine.

Ils sont dans les vignes les Moineaux…

 

Combien de fois, son père lui avait-il chanté cette chanson guillerette alors qu’ils étaient installés tous deux dans le fauteuil de la cuisine ?

Le tempo s’accélérait et elle tressautait de plus en plus fort sur ses genoux jusqu’à l’éclat de rire final.

Ils ont mangé les raisins

Ils ont craché les pépins

Ha ha ha ha ha…

 

Dans la cave, le parapluie détrempé a pleuré la fin de la balade.

Grand sachem, rentré de son équipée à vélo, a demandé 

- tu as fait des rencontres malgré la pluie ?

 

- Des moineaux, rien que des moineaux…

Et tout bas

- ceux de mon enfance…

-------------------------

Rédigé par Mony

Publié dans #Aujourdhui elle, #Un peu de moi par ci par là

Commenter cet article

Miche 19/10/2014 04:47

Te lire, Mony, c'est entrer dans une maison, une grande maison avec cave et grenier, des pièces dans la pénombre, d'autres largement ouvertes sur un jardin où toutes les saisons se marient... et puis... tu nous emmènes dans le village, jusqu'à la plage... à la rencontre de belles personnes.
Merci, Mony

Lorraine 07/10/2014 12:11

Comme tu racontes bien l'histoire de la vieille dame et des moineaux! Comme la nostalgie donne sa chaleur à ce texte où revit une enfance grâce à une chanson. On n'oublie jamais l'amour d'un père qui vous a fait sauter sur ses genoux avec tant d'entrain, tant d'amour aussi.
Je connaissais Dranem, pas "Les moineaux", mais j'ai eu grand plaisir à l'entendre. Une époque bon enfant qi n'existe plus aujourd'hui!
Belle journée, chère Mony,
Lorraine

aimela 06/10/2014 12:15

S'il y a des moineaux par chez moi, il y a aussi des mouettes qui se posent ça et là sur les lampadaires. Merci pour la chanson, je ne connaissais pas . Bises

MD 06/10/2014 11:23

Les moineaux, il y en a de moins en moins dans les villes. Quel plaisir c'était de les voir s'ébrouer dans une flaque, se jeter sur une miette de pain à terre ! Heureusement il reste les souvenirs et les chansons. Merci pour ça Mony.

emma 05/10/2014 22:14

merci pour ce joli souvenir impressionniste ("un souvenir heureux est peut être sur terre plus vrai que le bonheur", n'est ce pas ?) et le rappel toujours émouvant d'une vieille chanson - j'aime bien ton bandeau qui sent l'humus automnal