Publié le 18 Mai 2021

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

- Et toi, Pascal, m’aimes-tu VRAIMENT ?

- Qu’est-ce qu’aimer ? On peut aimer un petit carré de chocolat…

---

- Tu vois, Francine, Marcel n’a jamais rien eu à me dire, même pas qu’il m’aimait et pourtant il me l’a prouvé tant de fois.

- Tu as eu de la chance, Sylvie, pas comme moi. Eric, lui, hurlait qu’il m’aimait tout en m'administrant une volée de coups pour soi-disant me le prouver, sniff !

---

- Damien, j’ai une folle envie d’assister à ce spectacle. On réserve des places ?

- Encore une histoire de bonnes femmes ! Et que je t’asperge d’eau de rose et que je t’illusionne sur l’amour et que je te concocte une soupe aux mamours éternels, ha, ha !

- Ce que tu es cynique, Damien !

- Mais va voir ce spectacle avec une amie, cela ne me dérange pas.

- Ouais, ainsi tu seras seul maître de la télécommande pour suivre un de tes indispensables matchs de rugby ou pour retrouver tes potes à la salle de musculation.

- C’est ça l’amour, ma chérie, il faut savoir garder ses distances pour le préserver et mieux se retrouver.

- Pfff ! Ronflant au plus profond du divan. Hum, vraiment pas sexy !

- Oui, parlons-en, tu n’as jamais porté la guêpière que je t’ai offerte…

- (tu parles d'un cadeau personnalisé !)

---

- A qui est destiné ce message ?

- A toi, à moi, à nous ?

- Je ne me sens pas visée.

- Holà ! Moi non plus !

- Et vive notre sacro-sainte liberté, ma chère !

---

- Tu sais, Maman, j’aimerais tellement recevoir de Papa un message comme celui inscrit sur cette vitrine.

- Combien de fois faudra-t-il te répéter que ton géniteur est anonyme. Je t’ai faite seule, Wendy, toute seule ! Ne sommes-nous pas bien à nous deux ?

- Si tu le dis…

---

- (Si déjà une seule personne au monde déclarait m’aimer, je verrais cela comme un miracle. Pourquoi me suis-je assise sur ce banc ? Elle me refile le cafard cette vitrine. Stop, les larmes ! Stop, j’ai dit !)

- (Comme cette femme semble loin dans ses pensées. Tristes, gaies, va savoir mon vieux. Peut-être attend-elle quelqu’un ? Et si j’osais l’approcher, tenter ma chance en l’abordant. Trop nul, je suis trop nul ! Pourquoi suis-je si timide ? …mais, elle pleure. J’ose, j’ose pas ?)

----

- Demain, 8 heures, Antoine, le laveur de vitres, sera à l'oeuvre. J’en ai assez de cette phrase que nous lisons à l'envers depuis un mois. Je compte sur vous pour en dégoter une autre, mes amis. Non, je n’ai pas de thème précis pour le futur micro-trottoir…

 

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Image Mil et une - sujet 14/2021 - clic

Jean Ferrat : Aimer à perdre la raison - clic

Voir les commentaires

Publié le 8 Mai 2021

 

°°°°°°°°°°°°°

 

Parfois c’est un cri d’oiseau, jacassements de pie, chant d’amour printanier d’une grive, ou le glapissement de son discret voisin, le renard, sorti de son antre un peu plus haut sur la colline, parfois un moteur d’avion en phase d’atterrissage ou simplement son compagnon se retournant dans le lit à ses côtés qui la réveillent. Parfois aussi, elle doit bien se l’avouer elle ne dort pas mais maintient ses yeux fermement clos.

Angoisse. Et si…

Elle ouvre alors son troisième œil, celui qu’elle seule perçoit concrètement au milieu de son front. D’abord, elle regarde en elle et se voit bien là, chez elle, entre le jour et la nuit.

Lune ou soleil ?

Soleil ! Elle veut y croire !

Se forcer à ouvrir l’œil gauche, l’œil droit, apercevoir l’heure affichée sur le réveille-matin ou les premières lueurs de l’aube sont des victoires.

Pour combien de temps encore ?

Dans son sang coule un produit dont l’amertume est sensée faire reculer une échéance qu’elle redoute, si ce n’est la guérir définitivement de cette maladie qui peut la priver de la vue.

Le troisième œil l’aidera quoi qu’il arrive, elle en est persuadée il sera son allié.

Tout à l’heure, ou demain, elle se décidera à le représenter dans un dessin.

Qui comprendra sa symbolique ?

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Christian Schloe - clic et clic

Pour Mil et une : sujet 12/2021 - clic

Kendji Girac

Voir les commentaires