Publié le 12 Décembre 2018

René Julien - clic et clic

Pédale, Val, pédale !

Hier déjà tu as perçu le regard furax de monsieur Morgan, ton chef de bureau, ne lui offre pas, aujourd’hui, le plaisir de te faire une vraie remontrance.

Cinq minutes de retard à la mairie, la première fois en cinq ans, quel vieux grincheux !

Pédale, Val, ne jette pas un regard vers cette statue implantée sur le trottoir d’en face, ne t’en approche plus.

Oui, elle est belle et pleine de vie au point que tu la connaisses par cœur.

Oui, elle t’attire une fois de plus mais oublie-la, oublie qu’elle s’intitule « Le Revenir »

On revient de tout, Val, même de ses blessures d’enfance.

Ton père est parti un matin et n’est plus jamais rentré à la maison et pourtant tu en as rêvé de ce retour. Tu te voyais sautant au cou de ce revenant, petite fille d’abord puis soudain ado. Comme les années ont passé vite.

Peu importe l’âge que peut avoir maintenant ce père fantôme qui tourmente encore ton esprit de jeune femme.

Peu importe les réponses évasives puis le mutisme de ta mère face à tes questions incessantes.

Peu importe…

Pédale, Val, pédale, ta vie est devant toi.

-----------------------------------

Pour Mil et une - sujet 41/2018 - clic

Voir les commentaires