Articles avec #poetiquement tag

Publié le 2 Mai 2017

Le temps inexorablement s’écoule

Il n’a nul besoin de remontoir

Passants éphémères nous le traversons

Et pour un moment, un moment seulement

Il nous gratifie d’une parcelle d’éternité

 

La modiste s’empresse, il y va de son renom

Ajuster une plume, piquer une ganse de velours

Donner un volume gracieux à un bibi est son quotidien

Qu’importe la nuit passée à s'activer sous une lueur parcimonieuse

Madame, sa cliente, ne peut souffrir le moindre retard

 

Vite, vite ! Elle relève sa robe pour se faufiler entre les calèches

Ne pas glisser sur le sol gras, éviter le crottin

Qu’un balayeur des rues inlassablement recueille

Remarque-t-elle le regard égrillard d’un dandy

Émoustillé par la blancheur de son jupon de dentelle ?

 

Le temps inexorablement s’écoule

Les équipages ont laissé place aux automobiles

Et les feux tricolores régissent les passages cloutés

Mais toujours les gens se hâtent vers quelque but

Demain, déjà, est à leur porte

 

°°°°°°°°°°°°°°

Pour Mil et une en mai 2015 - clic  --  Peinture Jean Béraud - Montage photo Halley Docherty - clic

Superbe vidéo d'Emma, elle me bouleverse à chaque fois

 

Voir les commentaires

Publié le 14 Juin 2014

C’est un mot, un petit mot étrange

Eux seuls connaissent sa signification et la savourent

Eux seuls…

 

Ce petit mot est un bijou précieux

Ils le portent souvent, pourtant nul ne le voit

Le murmurent et sont seuls à le percevoir

Son étymologie reste un mystère.

Il ne dérive d’aucunes langues connues

Ne peut se nommer code ni sésame

 

C’est un mot, un petit mot étrange

Eux seuls en jouent, l'échangent, le font vivre.

Eux seuls…

 

Ce petit mot les rend uniques dans la foule

Il se tapote sur un clavier

Se dit avec les yeux ou se susurre au creux de l’oreille

Et à chaque fois les trouve impatients

De rejoindre enfin le pays sans tabou

Où toute traduction est inutile

 

C’est un mot, un petit mot étrange

Il les mène à l’osmose des corps et des cœurs…

Eux seuls… Eux deux !

-------------

Pour Mil et une - clic - sujet semaine 14/2014 - mot intraduisible

Voir les commentaires

Publié le 24 Septembre 2012

 

Soirée douceur

Chants harmonica

Froid fenêtres embuées

Morceau de sucre

Lentement imbibé

D’un liquide pourpre

Petite fille revigorée sourit

Dans la crèche un enfant est né

 

Tantine de blanc vêtue

Au bras de son amoureux

Soleil rires joie

Photos ne pas bouger

Ritournelles reprises en choeur

Repas long long ennui

Fillette vide les verres

Sous la table s’est endormie

 

Premier amour toujours

Soirée copains

Demain l’an se vêt de neuf

Danses trémoussements

Punch aux fruits macérés

Traître une autre a embrassée

Jeune fille cœur déchiré

Dans son verre s’est noyée

 

Charmant est apparu

Lui et elle elle et lui

Duo mandoline

Toi moi nous

Promesse scellée

A la vôtre longue vie

Dame est devenue

Au doigt a passé l’anneau

 

 Berceau dans la chambre

Risettes premiers pas

Comptines loup garou

Mois années s’écoulent

Repas vacances anniversaires

Bulles pétillantes bougies

Sur sa tribu réunie

Mère veille

 

 La vie routine habitudes

Solitude

Gorge enrouée

Les chants se sont tus

Jeunesse au loin envolée

Un verre et encore un

Blanc rosé ou en robe rouge

Le vin faux ami rend à la belle ses vingt ans

 

dessin femme ivre

 

    Beau dessin de Dan (clic) 

ou (clic) 

 

merci à lui

                                                                          

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 29 Juin 2012

 
Un lui a offert dans
 
Verre design
 
Pincée de snobisme
 
Potins mondains
 
Soupçon de suffisance
 
Et autres futilités
 
Après quelques gorgées
 
S’en est vite lassée
 
 
Deux a mélangé dans
 
Coupe dorée
 
Richesse étalée
 
Savoir grandiloquent
 
Une once de racisme
 
Et deux de machisme
 
N’a pas desserré les lèvres
 
Est partie sans se retourner
 
 
Trois a brassé sans fin dans
 
Vieux pot ébréché
 
Tenaces rancœurs
 
Jalousie déplacée
 
Insidieuses graines de cafard
 
Flemme déprime
 
Ne s’est pas laissé contaminer
 
La porte a refermée
 
 
Quatre a agité dans
 
Un étrange kaléidoscope
 
Tantôt le sourire enjôleur
 
Tantôt la morgue
 
Caresses-douceur ou coups-douleur
 
Pimentés de moqueries sans fin
 
Miroirs trompeurs
 
Sans superstition a brisés
 
 
Cinq à ses pensées s’est intéressé
 
L’a écoutée attentif
 
Dans ses projets encouragée
 
Lui a dévoilé espoir joie de vivre
 
Âmes-corps ingrédients d’un étrange breuvage
 
Désormais se confondent
 
De boire au même calice ce philtre d’amour 
 
Jamais un instant ne se lassent
 
 
 
-------------------------------------- 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le 8 Juin 2012

3624294407_b49afd4114.jpg(image Flickr)    
 
J’ai connu mes grands-parents
Connu les histoires d’antan
J’ai connu Charlot, les Rollings Stones
Connu des westerns, des péplums
 
Ami, connais-tu le chant des oiseaux
connais-tu le chant du ruisseau ?
 
J’ai connu les fleurs des Hippies
Connu la musique des sixties
J’ai connu Hair, le Big Bazar
Connu Polnareff, Ringo Starr
 
 Ami, connais-tu la force du vent
 Connais-tu la force du torrent ?
 
  J’ai connu Leika et le Spoutnik
Connu l’épopée des beatniks
J’ai connu le mur de Berlin
Connu la révolte à Pékin
 
 Ami, connais-tu les rayons du soleil
Connais-tu les rayons des abeilles ?
 
 J’ai connu le Vietnam en feu
Connu les attentats aux Jeux
J’ai connu les pays en famine
Connu la mort dans les mines
 
 Ami, connais-tu les étoiles au firmament
Connais-tu les étoiles de l’océan ?
 
J’ai connu Salvadore Dali
Connu Mao et Kennedy
J’ai connu l’homme sur la Lune
Connu  toutes les nouvelles à la Une
 
 Ami, connais-tu la course folle des heures
    Connais-tu la course folle de mon coeur ?
 
 
-------------------------------------- 
 
 

Voir les commentaires

Publié le 18 Avril 2012

   
La Lune là-haut si haut qu’elle ne craint point de tomber
La Lune s’allume luciole dans la nuit
Croissant décroissant ou tout en rondeur
Cycle féminin à l’infini
   
Ici bas les marées monotones
Flux et reflux incessants
Rythment le ballet des sorcières
Au coin du bois guette le loup-garou

Lune nouvelle noirceur sur la Terre
Quartier C ou quartier D
Éclipse la belle a rendez-vous
Vite vite son bel amant la dévore

Mais aujourd’hui la Lune est pleine
Et on ne sait pas
Non on ne sait pas
Qui l’a mise dans cet état
 *  
(* Alphonse Allais)
   

Sourire crayon jaune à la main
Petit Pierre a terminé son dessin

007.gif
 
 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&§§§§§§§§§§§§§§§§§§
     

Voir les commentaires