Tout le monde il est beau !

Publié le 31 Octobre 2012

 
 

Jean-Luc, Martine, Dany, Chantal, Jean-Yves, Guido, Colette, Françoise ...

Tout le monde il est beau ! Tout le monde il est beau ! Marc, Marie-Christine, Sabine, Ulla…tout le monde il est beau….

Joëlle, Jonathan, Myriam, Béatrice… et puis, Elle, la mille six cent septante deuxième… Elle qui chantonne comme Zazie.

 

Ploc ! fait une goutte d’eau dans l’évier.

Marie, Jean, Nicole, Brigitte, Christian, chante Elle

Ploc ! fait la goutte suivante.

Elle se fiche de ce bruit monotone comme elle se fiche de la table encombrée des reliefs du petit-déjeuner et du café qui vieillit dans le percolateur.

Faudrait aérer les chambres à coucher, trier le linge sale, l’engouffrer dans le lave-linge, vider le lave-vaisselle, rafraîchir la salle de bains… Faudrait…

 

Mille six cent septante deux !… 1672 ?…

Google lui répond :

Louis XIV - Guillaume III d’Orange - Batailles - Traité de Nimègue

Rien de neuf sous le soleil.

« Tout le monde il est beau »

 

Ploc ! fait l’eau têtue.

Miaou ! fait le chat.

Pour son vieux compagnon elle daigne se lever de sa chaise, entrouvre la porte donnant sur la terrasse et le laisse sortir. Il pleut.

Elle allume la télé, coupe le son, regarde les images sans les voir vraiment puis elle saisit un livre, le redépose… faudrait aller à la bibliothèque, à la boulangerie… faudrait… mais elle paresse.

 

« La jeune fille rebelle » Ce titre l’attire à nouveau. Elle reprend le livre, le caresse et se souvient de cette après-midi pas si lointaine où elle a savouré sa lecture, la comparant à un caramel tendre qui lentement fond dans la bouche. Il neigeait… les oiseaux envahissaient la mangeoire. C’était il y a un siècle, une éternité. Elle n’était pas encore la mille six cent septante deuxième.

« Tout le monde il est beau »

 

Elle s’allonge dans le divan parmi les coussins moelleux, ne pense à rien, n’imagine rien. Son corps et son cœur sont lourds. Mal… mal dans sa peau… Elle s’attarde, elle musarde, elle flemmarde, elle lézarde et c’est bien ainsi.

Guy, Marguerite, Edgard, Monique, Josiane, Roger… la liste est longue… Elle n’en connaît qu'une centaine parmi les mille six cent septante et un. Comme eux elle est à un Carrefour de sa vie, comme eux, elle fait partie de ces petits travailleurs besogneux sacrifiés sur l’autel de la rentabilité effrénée.

« Tout le monde il est beau »

 

Tout à l’heure, elle ira rejoindre le groupe.

Tout à l’heure, elle fera partie du piquet de grève.

Faut pas prendre les salariés pour des « gogo’s » et s’en débarrasser comme on le fait avec ces jouets "offerts" contre un passage aux caisses de l'hypermarché. Faut pas ! Mais pour l’heure, elle paresse c’est sa seule défense.

 

Ploc ! Ploc ! Goutte après goutte l’eau remplit l’évier.

Miaou ! Le chat se frotte contre la vitre, il veut rentrer.

 

Mars 2010

 

 http://www.rtbf.be/info/article/detail_21-magasins-fermes-et-1672-emplois-perdus-chez-carrefour?id=4856263

 

-----------------------------------------

Rédigé par Mony

Publié dans #Un peu de moi par ci par là

Commenter cet article

aimela 02/11/2012 08:55


" tout le monde il beau", c'est ce que je pensais il y a pas mal d'années , c'est fini aujourd'hui, je suis dégoûtée  par une certaine  catégorie  du monde . J'essaie de
ne pas y penser pendant que mes enfants sont chez moi , lundi, ce sera autre chose . Bises  

emma 01/11/2012 10:03


superbe texte, Mony, dans lequel l'angoisse sourd des petites choses quotidiennes, c'est remarquablement composé. (et merci pour le septante qui amene un petit sourire)

louv' 31/10/2012 20:17


Univers impitoyable des grands groupes, où l'on est formaté, où les robots travaillent comme des bêtes de somme. Toujours avec le sourire, ça fait partie du formatage...Très dure la chute !
Superbement contée.

Nais' 31/10/2012 15:44


Bonjour Mony ! Je ne m'attendais pas a cela, au contraire... Le suspens reste entier quasiment jusqu'au bout, comme tu sais si bien le garder ;)
Bisous, bonne soiree !

chloé 31/10/2012 09:36


Tu as l'art et la manière Mony de créer un contexte qui dès le départ attise la curiosité entraînant le lecteur dès les premiers mots à te suivre! Un titre accrocheur, des prénoms qui se suivent,
le ploc de la goutte d'eau... Mais où va t-elle nous mener cette fois encore! C'est toujours judicieusement mené, ficelé avec une symbolique forte!


Une réalité qui touche hélas de plus en plus de gens, les plongeant du jour au lendemain dans un désarroi total! Comme dit la chanson de Cabrel" Et ça continue encore et encore! c'est que le
début... Quelque chose vient de tomber sur les lames de ton plancher! c'est toujours le même film qui passe... Cette chanson m'est revenue en tête en te lisant, pourtant elle n'a rien à voir avec
le thème! Une similitude peut-être dans la manière d'aborder les choses§ bises. chloé