Notre pater

Publié le 3 Avril 2012

 
003.JPG
 
- Vot’ père, c’est qu’un gros patapouf ! a ricané fortement Gaël en pointant un doigt pas très net vers les caleçons du paternel. Moi et mon frère Loïc, on a levé les yeux vers Gaël qui promenait son chien dans le sentier longeant notre maison puis on a regardé le linge que Maman avait suspendu sur le séchoir, puis de nouveau Gaël et on a continué tranquillement à se faire des passes avec le ballon de foot.
- Gros patapouf ! Gros patapouf ! il a chantonné Gaël et nous on s’est pas révoltés, on a laissé ce grand con faire son burlesque.
- Ce soir ! a murmuré Loïc, puis, avec un fleuret imaginaire, il a tracé une arabesque que moi seul sais piger. Va y avoir de la mascarade dans l’air !
 
- Que faites-vous les jumeaux ? a demandé Maman en jetant un regard dans notre chambre.
- Nos devoirs, on a répondu. On prépare notre dissert… Elle nous a laissé pianoter sur le pc et a rejoint le paternel occupé, comme souvent en soirée, à faire des dessins avec ses crayons aquarelle ou ses gouaches.
J’ai choisi une police bien claire et les plus gros caractères et Loïc a branché l’imprimante puis il a refermé la porte de la chambre.
- Va-y Simon, il a dit, lance l’impression.
Ça nous a pris le temps de sucer quatre berlingots à la violette chacun mais le résultat  était à la hauteur. On a manié la colle, l’agrafeuse… Super la banderole ! Du vrai travail de pro !  
                                                                                                            
Vers 21 h 30, on a prétexté un coup de fatigue et on a embrassé les parents. Maman nous a caressé les cheveux puis le paternel a glissé nos caboches, une sous chacun de ses bras, et en nous ceinturant la taille il nous a soulevés de terre en lançant en rigolant « ce que vous devenez grands, mes fils »
On adore quand il fait ça, on sent ses bourrelets bien doux et puis toute sa force. C’est quelqu’un notre Pater !
 
23 h 30,  Madame Pitt aère Mickey et Minnie pour un dernier petit pipi.
 
23 h 40, tout est calme, on peut y aller. Doucement, doucement, pour ne pas réveiller les parents et on sort par la porte de derrière. Entre Loïc et moi pas beaucoup de paroles, on se comprend en pensées. Lui, embusqué en sentinelle près du mur du jardin de chez Gaël et moi qui saccage les tournesols, les dahlias et les asters pour atteindre la grande fenêtre donnant sur la rue, on fait une sacrée équipe et un beau désastre. A la clarté de ma petite lampe torche je vérifie que les mots sont dans le bon sens et, à coups de dents, je déchire des bouts de scotch pour fixer la banderole.
 
 24 h ! On repart incognitos vers nos lits douillets. Du couloir, on entend le paternel qui ronfle et on est bien, mais bien !
 
Demain, tout le monde saura où vit un grand con.
 
------------------------------------------------------------
   
 
 

Rédigé par Mony

Publié dans #Mes sucres d'orge

Commenter cet article

l'oeil qui court 07/04/2012 21:43


La guerre des banderoles succède à celle des boutons. De bagarres en altercations, de pantalons déchirés en insultes retentissantes, le monde des garçons se mesure à la force des biceps tandis
que celui des filles à l'affûtage de la langue. Une belle façon de conter ces conflits éternels sans grandes conséquences si ce n'est des souvenirs heureux.

Viviane 04/04/2012 11:00


j'adore... On en a tous fait des trucs comme ça, mais la manière dont tu racontes cette histoire, pleine de modernité et en même temps, comment dire, éternelle à l'enfance, dans son style un peu
fou me fait penser à Dhitel. Tu connais? Lis Des trottoirs et des fleurs, tu verras... Tu retrouveras ce climat ;o)) Merci Mony de ce moment adolescent!

chloé 03/04/2012 21:41


Ah les gamins, ils ont plus d'un tour dans leur sac! ça me rappelle mes enfants qui tout jeunes avec l'aide des copains étaient allés déplanter en pleine nuit les légumes du voisin, parce que lui
aussi à leurs yeux était un con! Je n'ai su cela que vingt ans plus tard quand ils me l'ont raconté! Bien- sûr j'avais eu connaissance des faits à l'époque mais je n'avais pas imaginé un seul
instant que ça pouvait être eux! Charmante petite histoire! Bonne soirée Mony! chloé. 

aimela 03/04/2012 12:58


Belle vengeance  de ces enfants