Mes voix

Publié le 14 Décembre 2012

 IMG_1874.JPG
 
     
Qu’elles parlent ou qu’elles chantent, les voix graves me font chavirer à chaque fois que je les entends. Voix de mâles, viriles, chaudes et sensuelles, elles me ramènent parfois à califourchon sur les genoux de mon père.
"Voilà Papa " annonçait Maman.
 A peine rentré de son travail, sans avoir le droit de souffler un instant, nous nous installions, lui et moi, dans le fauteuil de velours vert accolé à la grosse cuisinière et il chantait alors de vieilles chansons populaires transmises de génération en génération.
 
Malbrough s’en va en guerre, miroton, miroton, mirotaine,
Malbrough s’en va en guerre ne sait quand reviendra,
Ne sait quand reviendra
Ne sait quand reviendra
 
Sa belle voix m’emmenait dans le sillage de Malbrough. Comme par magie, je m’évadais de la cuisine, devenais la Dame qui à la tour monte si haut qu’elle peut monter et j’apercevais au loin mon page, mon beau page tout de noir habillé.
Quand Monsieur Malbrough était mort et enterré, je réclamais sans état d’âme une autre chanson et tant pis pour Malbrough, le page me semblait bien plus à mon goût.
Papa s’exécutait de bonne grâce en enchaînant  " Marie clap' sabots " en wallon.
 
Avé, Marie clap’ sabot
R’trossez ben vos’ cotte
Quand vos irez… houplala
 
Elle m’intriguait cette mystérieuse Marie clap' sabot, pourquoi devait-elle bien relever sa robe ? Et pour quoi faire ? Quand vos irez, houou ! Comme à chaque fois, je me laissais surprendre et je basculais en arrière dans un éclat de rire.
 
Maman allait et venait, dressait la table tout en surveillant la cuisson du repas ; mes frères occupés à réaliser un circuit automobile avec des cubes ne prêtaient pas attention à nous et j’avais la sensation d’avoir Papa pour moi seule. C’était un de ces moments privilégiés où je me sentais princesse parmi les miens, princesse bientôt secouée par le galop d’un cheval.
 
A cheval sur mon bidet
Quand il court,
Il fait des pets,
Prout, prout, prout Cadet
 
Papa écartait les jambes et soutenue par ses mains, je tombais confiante dans le vide.
Mais déjà le repas était servi et les bras passés autour du cou de mon père, l’oreille collée contre sa poitrine, je ressentais les vibrations de sa voix plus que je n’écoutais une dernière ritournelle
 
J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac,
Tu n’en auras pas !
 
Depuis, bien des années se sont écoulées et pour mon bonheur une autre voix grave résonne à mes côtés.
   
  --------------------------------------

 

 

D'autres voix que j'aime...

 

 

Rédigé par Mony

Publié dans #Un peu de moi par ci par là

Commenter cet article

pascal 24/12/2012 21:16


Jolis souvenirs du passé. Vous avez réveillé en moi des moments heureux qui s'étaient endormis avec les contes de fée. Merci. Pascal.

chloé 15/12/2012 21:48


De bien beaux souvenirs d'enfance joliment évoqués Mony.Une histoire qui ne s'arrête pas mais qui se prolonge. De bien belles voix en effet que tu nous fait découvrir .merci à toi;chloé

Nais' 15/12/2012 12:35


Bonjour chère Mony !
Ces souvenirs sont très doux, et la fin est superbe ! Je suis ravie que tu aies ce genre de voix pour t'apaiser quand il le faut.
Bises, bonne journée !

Lorraine 15/12/2012 11:10


Que c'est beau, ce souvenir, chère Mony, comme j'entends la voix de ton papa qui semble se mêler à celle de mon papa à moi, malheureusement mort quand j'avais neuf ans. Lui et un de mes grands
frères m'ont aussi secouée de rires quand je tombais en arrière, bien retenue par leurs mains solides.


Les voix graves de notre enfance ne s'oublient jamais! Tu le dis si bien!


Lorraine

emma 15/12/2012 09:42


quelle belle évocation, Mony ! superbe texte - merci pour la découverte de philippe Anciaux , quel dommage que le son des vidéos ne soit pas bon, tu n'aurais pas un disque par hasard ?

Annick SB 14/12/2012 08:09


Un très beau souveir d'enfance ... Moi, ce n'était pas lui qui chantait mais il me prenait sur ses genoux en écoutant la musique " une nuit sur le mont chauve " de
Moussorgski et faisait sauter ses genoux au rythme de la musique ! j'adorais ça !!!  http://www.youtube.com/watch?v=KJS8QXCjwHI

louv' 14/12/2012 08:03


Je n'ai pas eu cette chance. Mais j'ai toujours imaginé que ce père absent aurait eu une belle voix grave...J'aime beaucoup tes souvenirs.


Bonne journée Mony

aimela 14/12/2012 07:54


Chez nous ce n'était pas  trop les chansons, je ne me souviens pas avoir entendu mon père  chanter ni même ma mère d'ailleurs, c'est peut-être pour ça  que je ne suis pas 
sensible  à la musique  mais j'ai fait des efforts

jill bill 14/12/2012 07:33


Bonjour Mony ! Ah le père dans un foyer, indispensable membre de la famille... grandir sans... une tristesse profonde !  Joli texte !  Tu me fais remonter des souvenirs d'enfance
aussi.... Merci à toi, bonne fin de semaine, bises de jill