Mathilde

Publié le 6 Juillet 2012

-cid_F98C5FF46660410F95BF982046EE6535-AdminPC.jpg 
 

Elle est heureuse Mathilde, tellement heureuse depuis que son Jules est mort d’une crise d’apoplexie. Enfin elle se sent libérée et pleine de projets. Finis ces barbelés horribles, fini ce haut mur rébarbatif la cloîtrant depuis tant d’années, leur démolition est programmée pour la semaine à venir.

 

Mathilde a hâte, Mathilde trépigne, elle a un urgent besoin d’air, de lumière, de verdure, de contacts. N’y tenant plus, elle enfile son vieil imperméable, protège ses cheveux permanentés sous un bob déformé et un sourire accroché aux lèvres elle sort dans la cour.
Triste cour en béton, horrible horizon mais Mathilde a dépassé ce stade, elle est déjà entourée d’herbes fraîches et de parterres fleuris. Ici, des tulipes, là, un hortensia et là, une allée avec un banc… Le plan de son petit paradis est bien clair dans sa tête. Normal, elle le peaufine depuis tant de mois, voire d’années. Et pourquoi pas une petite mare avec un saule pleureur ? Il faudra en parler avec Marcel le jardinier pour qu’il prévoie le nécessaire. Elle l’aime bien Marcel, c’est devenu son ami et son confident. Avec lui, elle peut parler nature et non de béton ou de grillage.
  
Une sonnerie retentit et bientôt des rires et des cris égaient la cour de récréation se trouvant à quelques mètres d’elle. Mathilde frissonne, elle est fébrile. Ces gosses à portée de ses oreilles ne le sont pas encore à ses yeux et elle adore les enfants Mathilde. Pas comme Jules, lui, il n’en a jamais voulu. « Une plaie ces mioches» disait-il sans arrêt. Qu’un ballon de foot atterrisse chez eux il le crevait aussitôt et ainsi, au fil des années, il avait érigé un mur entre les deux cours. Pas suffisant pour empêcher les tirs en hauteur, il l’avait surélevé puis avait posé des fils de fer barbelés. « Je veux la paix chez moi ! » tel était son credo.
   
Une pierre descellée attire l’attention de Mathilde et de ses mains nues, elle ne peut s’empêcher de gratter le mortier, de doucement élargir l’espace vide « Ce sera déjà ça de fait » pense-t-elle et elle sourit à nouveau.
   
« Mathilde ! Mais tu es folle, ma parole ! » La voix courroucée de Jules résonne
brusquement contre la paroi. Mathilde se retourne effrayée, son cœur bat la chamade.
Personne ! Et pour cause, là où il est son Jules n’a plus droit à la parole.
Quand donc cessera le sentiment de culpabilité qu’il a toujours su tenir en éveil chez elle, quand son subconscient lui permettra-t-il de s’épanouir sans crainte ? En réponse à ses questions elle creuse de plus belle sans se soucier de casser ses ongles ou de s’écorcher un doigt. Une deuxième pierre tombe à ses pieds et un courant d’air frais frôle son visage.
     
A pleins poumons Mathilde respire la vie, Sa Nouvelle Vie.
 
 

 -------------------------------------------------------------

 

 

 

Rédigé par Mony

Publié dans #Vivre à deux ou....

Commenter cet article

chloé 19/07/2012 23:42


Il n'y a rien de pire que d'être emmurée et bien des prisons ont des barreaux qui ne se voient pas! Elles sont peut être les plus terribles! Comme elle a raison de s'entourer d'herbe fraiche, de
tulipes ... Chloé

Miche 09/07/2012 14:03


Lol, ce n'est pas que j'ai confondu, lisant ce texte que j'ai aimé, c'est bien toi que je lisais Mony.


Mais la valse des pseudos dans ma tête 


 

Miche 09/07/2012 04:47


Tu as le don de raconter les histoires Emma, ces histoires enfouies parfois au fond des tristes cours en béton.


Qu'elle ose Mathilde !



aimela 06/07/2012 11:39


il fallait vraiment qu'elle l'aime son Jules pour ne pas se  rebiffer, maintent mort, elle peut vivre  mais quel temps de perdu

emma 06/07/2012 09:52


sympathique, le Jules... allez Mathilde, on est avec toi !

md 06/07/2012 09:45


Mathilde a eu beaucoup de patience... C'est un peu triste d'attendre la mort de l'autre pour pouvoir respirer, enfin !