Marga et cie

Publié le 17 Septembre 2012

    
  Ce texte lu par Sagine est à écouter ici
 
Elle a un doute, va-t-elle plaire ? C’est rien, ça va passer ! C’est juste un instant d’abandon, quelques secondes intemporelles pendant lesquelles son regard s’est voilé en croisant son reflet dans le long et étroit miroir suspendu dans le hall. Déjà Marga est dans la rue, déjà elle oublie sa silhouette voûtée, son visage griffé de rides  profondes et elle chemine à petits pas décidés vers le café « l’Aurore » Elle a belle allure sous sa couronne de cheveux blancs comme neige et le sourire affiché sur ses lèvres ne fait qu’accentuer l’impression de sérénité et de volonté qui se dégage d’elle.
   
Ses amies Danielle, Irène et Jeanne, accompagnée de son loulou Oz, sont déjà attablées le long de la fenêtre donnant sur le Boulevard. Comme convenu entre elles, Marga les ignore et s’installe à la table voisine, commande un thé vert, extrait son portable de son sac et l’installe bien en vue devant elle. Le premier candidat peut se présenter, elles sont prêtes.
    
Dix heures sonnent à l’église des Capucins quand un homme à la tenue peu soignée et dégageant une odeur du temps lointain où la naphtaline conservait précieusement les habits du dimanche lance d’un ton bourru « c’est vous Marga ? » Marga va à l’essentiel, répond par quelques phrases, ne cherche pas à faire plus ample connaissance et presto renvoie le monsieur à ses mites et moustiques. Les nez pincés de ses amies la conforte dans sa décision ; non, ce ne sera pas lui l’heureux élu.
   
Le café est animé en ce jour de marché, le va et vient incessant des consommateurs apporte une touche de gaieté et déjà se présente le deuxième candidat. Au premier abord il évoque à Marga l’acteur Charles Vanel dans le film « Le salaire de la peur » A l’époque, dans les années 1950, elle avait apprécié le suspens et le jeu du comédien mais l’homme qui lui fait face à présent se révèle rapidement raide et emprunté sous ses airs de faux dur. Danielle, Irène et Jeanne font la grimace, Marga quant à elle ne s’imagine pas à ses côtés et s’empresse de remercier le candidat de s’être déplacé. En bougonnant quelques mots sur « ces bonnes femmes …» il disparaît dans la foule.
   
Arrive alors un curieux personnage dont le corps penché en avant sur une canne dorée défie les lois de la gravité. L’ombre seule du vent suffirait à le faire basculer et si même, comme il le confie à Marga, il a bourlingué de nombreuses années dans les pays étrangers il prête à présent à sourire. Avec tact et pudeur, Marga lui fait comprendre qu’il ne correspond pas à ses attentes mais lui assure quelle serait heureuse de le revoir afin qu’il lui parle de ses voyages. Rendez-vous est pris pour la semaine suivante et c’est un candidat déçu mais néanmoins heureux qui la salue avant de s’en aller clopin-clopant au gré de sa canne.
   
Oz s’agite, impatient de sortir en voyant la laisse tendue par Jeanne, tellement impatient qu’il manque de faire trébucher un homme entre les tables. Furieux, le nouvel arrivant fait remarquer à Jeanne toute confuse qu’elle ferait bien de surveiller et de punir son chien à défaut de l’avoir éduqué de manière convenable. Comme il fait mine de s’approcher de la table où est installée Marga celle-ci se présente spontanément et le prie d’aller se faire éduquer ailleurs. Jeanne, les larmes aux yeux, sourit à son amie. Quel caractère cette Marga !
   
Pourtant, le pessimisme s’installe dans le cœur de Marga, trouvera-t-elle le partenaire idéal ? Ses recherches dans le quartier n’ayant abouti à rien a-t-elle eu une bonne idée de passer cette annonce dans le journal ? Et puis le doute fait place à l’optimisme. N’a-t-elle pas décidé un jour lointain que désormais sa vie serait palpitante, que de chaque jour elle ferait une micro-fiction de laquelle elle retirerait le meilleur ? Perdue dans ses pensées elle sourit sans entendre l’homme qui s’adresse à elle. Danielle tousse pour la faire réagir, Irène lui emboîte le pas suivie par Jeanne qui y met tout son cœur. Marga sursaute, elle entend son prénom : « Marga ? Marga ? Je me présente, je suis Olivier »
 
 -------------------------------
 
La pièce de théâtre écrite par Marga de sa belle écriture bleu pâle et jouée par ses amis et amies eut beaucoup de succès à la fête de Pâques organisée dans le quartier. Olivier s’est révélé un excellent metteur en scène et un fabuleux comédien. Après la première, Marga lui a demandé pourquoi il avait si rapidement accepté de la seconder. La réponse, il l’a lui a donnée en l’embrassant amicalement : « parce que tu es une vieille dame merveilleuse, pleine de vie et allant toujours de l’avant et puis aussi parce que, installé à quelques tables de vous à « l’Aurore », je vous avais observées toutes les quatre. Vous étiez redoutables mais tellement attendrissantes dans votre volonté d’aboutir. Et toi, confie-moi à présent ce que contenait le texto envoyé par Danielle pendant notre entretien » Marga sourit et le doigt tendu vers le torse d’Olivier répond d’une voix ingénue: « elle avait écrit : c’est lui ! »
 
------------------------------------------------------------- 

Rédigé par Mony

Publié dans #Chemin d'amitié, #Mes textes lus par Sagine

Commenter cet article

chloé 17/11/2012 09:44


Bonjour Mony! Je l'ai lu puis écouté et puis relu et réecouté tant j'ai trouvé le texte et la narration magnifiques! C'est le deuxième texte enregistré que je lis et je trouve qu'il y a un accord
parfait ,entre le texte et la narration;  un rendu superbe de la délicatesse et sensibilité que tu  sais si bien faire passer  dans tes textes! Sagine et toi faîtes un binum
parfait et se dégage une belle harmonie!j'espère qu'il y en aura une suite à tout ça ! Un livre CD, serait génial ! Je l'achète tout de suite ! Au risque de me répéter: tu es talenlentueuse Mony
et c'est toujours un immense plaisir de te lire!


Bravo et Merci  aussi à Sagine qui a un véritable  talent de conteuse! Une voix douce qui fait passer l'émotion et qui vous transporte!


Bonne journée à toi. Tout ça mérite bien un bisous! Chloé

Sagine 28/09/2012 19:12


J'aime beaucoup cette histoire et ses personnages sympathiques. Je voudrais bien donner une dimension sonore à ce texte.

Nais' 21/09/2012 22:30


Superbe !! J'ai adoré ce texte Mony !
Tous ces supers personnages, cette chute parfaite... Génial !
Tu m'as fait passé un excellent moment de lecture :)
Bises, bon week-end :)

aimela 18/09/2012 13:21


J'espère que la pièce  de Marga aura  beaucoup de succès maintenant qu'elle a trouvé le bon partenaire sur scène et dans sa vie 

emma 18/09/2012 09:31


excellent, Mony... en effet à leurs âges il est difficile de trouver les rôles masculins, au théâtre comme dans la vie,

louv' 17/09/2012 13:56


Excellent ! Très drôle ce "casting". Décidément, les vieilles dames indignes sont vraiment malicieuses. J'adore !