Le puzzle

Publié le 24 Mai 2013

Odile observe cette femme qui lui rappelle vaguement quelqu’un…
Sa mère ? Oui, probablement… Même tablier ceint autour de la taille, même gestes cent fois répétés. Le souci permanent de nourrir une grande tablée et de veiller à répartir équitablement les rations en fonction de l’âge ou du travail fourni tout au long de la journée voilà qui maintenait sa mère en activité dès le matin.
 
Les doigts d’Odile lissent doucement la peinture représentée sur le couvercle de la boîte, s’attardent sur le haut front luisant, semblent happer un morceau de pain ou décrocher le haut panier. Que contient-il ? Des denrées mises à l’abri de la voracité des souris grises ? La nappe défraîchie semble rugueuse au toucher, elle devrait être remplacée par un beau drap amidonné. Sa mère, si fière de son intérieur, n’aurait jamais toléré ce chiffon sur sa table.
 
Depuis une heure Odile trie les pièces du puzzle par couleurs… Ici, pas de rouge et de vert flamboyants, seuls les bleus et le rouge brique animent la moitié de l’image. Quand les différents tons forment de petits tas encore séparés par nuances, elle extrait un à un les morceaux présentant un côté droit, s’amuse à dénicher les quatre pièces d’angle et lentement entame par les bords la reconstitution de la peinture de Vermeer.
 
Qui était ce peintre ? Quels autres sujets avait-il peints ? Sa curiosité en éveil Odile saisit son vieux dictionnaire.
 
V… Verdun… Verhaeren…Vermandois… Vermeer (Johannes) dit Vermeer de Delft -1632 -1675…
 
Quarante-trois ans ? Ce n’est pas long pour une vie ! Quarante-trois ans c’est l’âge d’Odile qui espère vivre encore de longues années et se promet de visiter le Rijksmuséum d’Amsterdam dès qu’elle sera rétablie de la fracture de sa malléole gauche.
--------------------
 
Jacques, le mari d’Odile, a collé le puzzle de mille pièces sur un support en liège et l’a suspendu au mur, là où l’escalier tourne et est le plus dangereux.
 
Ainsi tu te souviendras d’être plus prudente et tu ne dévaleras plus les marches en trombe !
 
Odile a repris le chemin du boulot et durant les vacances Jacques et elle ont visité Amsterdam et d’autres villes et pays.
 
La vie s’est écoulée avec ses joies et ses peines. Jacques est décédé des suites d’un accident de voiture et Odile a continué seule son chemin. Elle est à présent une retraitée active et toujours curieuse de nouveautés et de découvertes culturelles.
Au mur "La laitière" lentement vieilli elle aussi et le puzzle insidieusement se décolore. Il faudrait retapisser, rafraîchir la cage d’escalier mais Odile ne s’y résout pas.
--------------------
 
La camionnette de "Victor - vide maison de la cave au grenier" est stationnée devant la maison d’Odile et de Jacques. Victor sollicité par un neveu du couple emporte pièce après pièce ce que les héritiers ne désirent pas conserver.
Il décroche le puzzle du mur, le retourne, scrute le liège et décide de garder l’objet à des fins personnelles.
 
"La laitière" poursuivra désormais son parcours face aux blocs gris de son atelier, alourdie de crochets et de quelques outils.
 
  ------------------------------------
Pour Mil et une (clic)  -  peinture "La laitière" de Vermeer clic

 

 

Rédigé par Mony

Publié dans #Vivre à deux ou...., #Moments de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nais' 08/06/2013 14:38


Bonjour Mony !
Triste histoire en trois actes... Nous sommes bien peu de choses en fin de compte, seules les oeuvres restent.

Bises, à bientôt :)

Mony 08/06/2013 18:05



Je ne sais si c'est triste, c'est la vie, rien que la vie...



emma 30/05/2013 13:13


doux, mélancolique et intimiste, tout comme ce tableau

Aimela 25/05/2013 11:25


Au moins cette laitière n'a pas fini à la poubelle , c'est déjà ça

louv' 24/05/2013 22:09


Un tableau qui vieillit avec nous, c'est plutôt romantique. Dommage qu'il meurt chez un brocanteur...