Le parapluie nomade

Publié le 3 Septembre 2012

 
  
- Trop grand ! Je désire un petit parapluie discret, à glisser au fond de mon sac à main, dit une cliente.
- Trop coloré ! Un vrai perroquet, dit une autre.
- Jolies couleurs mais difficiles à assortir à mes tenues, regretta une jeune dame.
- Vraiment encombrant et puis la poignée me déplaît, fut le verdict sans appel d’une personne à l’allure hautaine.
 
Et le temps passa sans qu’une seule acheteuse trouve le parapluie à sa convenance. Au fil des mois, il échoua dans un rayon perdu au fond du magasin, là où étaient casés les articles promis aux soldes. Plus personne ne daigna jeter un coup d’œil sur son joli tissu soyeux.
 
Vint un été gris et pluvieux, maussade comme l’humeur des vacanciers espérant en vain un rayon de soleil. Seule la marchande de parapluie affichait un grand sourire, son commerce ne désemplissait pas. Même le parapluie bigarré et soldé trouva acquéreuse en la personne d’une dame retraitée tout heureuse de son achat.
 
- Il est solide, je pourrai me fier à lui et l’utiliser comme une canne le jour où… Et puis quelles jolies couleurs ! Un vrai arc-en-ciel !
 
Et elle s’en fut bien abritée des intempéries sous son joli pépin.
Les années passèrent et le parapluie remplit son devoir sans faillir. Il fut prêté parfois à l’une ou l’autre amie qui toujours le ramenait à sa propriétaire jusqu’au jour où cette dernière, trop faible pour vivre seule, dû se résigner à quitter son appartement pour rejoindre une maison de retraite.
Avant de partir, elle émit un dernier désir et demanda que son vieux parapluie soit déposé au hasard sur un banc ou sous un porche comme elle le faisait régulièrement avec un livre, vœu que s’empressa d’exaucer un de ses proches après avoir attaché à la poignée un tout petit écriteau sur lequel était inscrit :
« Parapluie voyageur - empruntez-moi »
 parapluie-nomade.jpg
Depuis ce jour, le parapluie est devenu nomade et de quartier en quartier il rend service à quiconque en a besoin.
 
Peut-être un matin l’apercevrez-vous au détour de la ville ?
 
 --------------------------------------------------------------------

Rédigé par Mony

Publié dans #Chemin d'amitié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chloé 08/09/2012 09:02


Je n'étais pas encore sur Mille et une quand il y a eu ce défi mais lisait déja vos textes et me rappelle  bien de celui là! je m'y étais essayé pour m'amuser et le mien aussi avait fini par
trouvé acquéreur !J'aime beaucoup l'idée que ce parapluie voyageur!


Je t'offre mon parapluie! tu seras la première à le lire


Le Parapluie 



«  Dis moi beau parapluie, aux couleurs lumineuses, que fais tu là tout seul dans ce chic quartier, rechignant dans ton coin, fermé et embrumé ! N’as-tu
rien d’autre à faire en cette belle journée quand les senteurs s’emmêlent avec divinité,  que  la nature s’éveille comme une belle aquarelle offrant à contempler tant magnificence et
tellement de beauté ! 


«  C’est que madame, cela fait plus d’un mois que l’on m’a oublié et la pluie mon allier au loin s’en est allée ! Ma toile est tout fripée et me voilà
grippé  alors je reste là, espérant chaque jour que le ciel s’assombrisse, que quelqu’un me saisisse ! »


 


  La vieille dame inspecte le parapluie puis l’ouvre


 


«  Mais tu es ravissant ! Comme tu as fière allure avec toutes tes baleines quand gonfle ta voilure sous le grand bleu du ciel ! Sais tu qu’un
parapluie est aussi une ombrelle et si lui aime la pluie, elle préfère le soleil ! Allez viens,  visitons le quartier puis je t’amènerai au fin fond de ma campagne pour nous y
promener ! Top là, main dans le manche, te voila recyclé et nous sommes associés, à vrai dire ma cervelle commençait à chauffer et il était grand temps de te récupérer! 


Chloé


 



 

Lorraine 06/09/2012 10:40


Cette jolie histoie se lit d'un trait. Nous avons tous vécu plus ou moins la même mésaventure (parapluie reçu, prêté, perdu...) mais qu'il soit nomade nous vient très rarement à l'esprit! Et
pourtant! Quel beau voyage vivra ce parapluie nomade, pris par temps de pluie par une main imprévoyante, déposé sur un banc du square, réemployé par une midinette galopant dans l'allée boueuse,
ou par un monsieur rigide qui passait par là et ne 'sinquiétait pas des couleurs, mais de sa personne. Merci pour ce partage si amical!

louv' 03/09/2012 11:34


Un p'tit coin de parapluie, contre un coin d'paradis....il en faut peu pour être heureux ! Si si...

emma 03/09/2012 10:35


quelle jolie idée, bien sur qu'on pourrait faire circuler les parapluies comme les livres

Nais' 03/09/2012 08:11


Bonjour Mony,
Ce texte m'a remonté le moral en cette matinée lugubre (du moins chez moi ^^) alors merci :) c'est une belle histoire pour ce beau parapluie, qui j'en suis sure va voir beaucoup de choses !
Bises et bon lundi !

Annick SB 03/09/2012 08:01


Il serait vraiment génial le pays où l'on pourrait trouver régulièrement des objets à emprunter ; un troc urbain généralisé : ça fait rêver !