Le jéroboam

Publié le 29 Mai 2012

     
Jéroboam, le mot résonne encore à ses oreilles. Jéroboam de Grand Marnier, de champagne… peu importe le contenu. Peu importe ?
Les images défilent à la télé, les commentaires en bruit de fond forment un brouhaha de paroles et de sons. Elle les voit, elle les entend mais pourtant son esprit vogue loin, loin dans le temps...
 
Quartier de Saint Pholien en outremeuse, la brocante du vendredi matin s’étalait sur des centaines de mètres. Envie de marcher au milieu de la foule et des objets hétéroclites, besoin de réfléchir ou nécessité de fuir ? Elle ne savait pas, elle ne savait plus ; le désarroi l’avait saisie à la gorge. Prendre une décision. Laquelle ? Elle était seule. A qui demander conseil ? Mardi, dernier délai… Quel plateau de ses arguments allait pencher à la balance de sa raison ? Le Oui ? Le Non ?
 
Elle avait bousculé une personne, balbutié des excuses puis évité un couple aux bras chargés de vieux livres et, surprise, s’était arrêtée le regard aimanté par une grosse bouteille de verre sur laquelle se mirait le soleil de juin. A mieux la regarder, elle y avait découvert un bateau emprisonné et, en un instant, le doute qui la taraudait avait  quitté son esprit. La réponse serait oui.
 
Le vendeur l’avait abordée et elle, hypnotisée, avait tendu quelques billets sans marchander, retenant juste un nom « Lady of Havenel » et une phrase « Attention, le jéroboam est lourd  et la maquette fragile »
 
Au fil des mois qui avaient suivi son achat coup de coeur, son ventre, à son tour, était devenu pesant. Elle le caressait doucement, s’imaginant flacon au contenu précieux et plein de promesses tel ce fier voilier installé dans son petit studio.
 
Le volume du son soudainement agressif  la fait réintégrer le présent. L’émission consacrée à l’avortement est terminée et les pubs envahissent l’écran. D’un clic, elle éteint la télé, se dirige vers l’armoire basse et ses doigts tapotent amicalement le jéroboam, ce vieux compagnon.
Son cœur est heureux et si même rien ne fut facile à aucun moment elle n’a regretté d’avoir, grâce à lui, dit oui à la vie.
 
Pour Mille et une un lieu convivial dédié à l'écriture au départ d'une image
 
"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""    

Rédigé par Mony

Publié dans #Vivre à deux ou....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chloé 05/06/2012 09:22


Je ne connaissais pas ce mot Jéroboam, qui a une très jolie musicalité A retenir! Une décision pas toujours facile à prendre mais la vie ici l'a emportée! Un parallèle  ingénieusement trouvé
entre l'objet et le réel! Je ne connaissais pas non plus "lady of Havenel"! Idem beau moment d'écoute et de découverte! Merci Mony. chloé

aimela 03/06/2012 12:01


Pas facile de prendre une décision dans un moment difficile mais elle l'a fait  et c'est très bien comme ça

emma 30/05/2012 11:53


tu m'as réappris ce beau mot "jeroboam" dans cette belle et profonde histoire