La chanson de la mariée

Publié le 20 Juillet 2012

 
- Tu étais ravissante, me dit Marie en contemplant longuement le tableau suspendu dans le salon. Sans répondre, je souris à ma fille. Son statut de future mariée éveille en elle toutes les curiosités, suscite maintes questions et ce qui hier l’indifférait prend à présent valeur de référence. 
 
Je souris, enfin j’essaie de donner le change. J’en ai assez ! J’ai mal au cœur, au corps, aux souvenirs. La préparation de ce mariage me mine chaque jour davantage et cette peinture nuptiale, ce moment de vie figée mais pour moi tellement évocateur, doux et douloureux à la fois est un supplice permanent depuis tant d’années.
 
Marie rit et se moque de l’oncle Léon : - Était-ce son mouchoir ou une serviette de table ?  Elle remarque la bonhomie de son grand-père qu’elle a peu connu : - Avec son gros bedon, il a bien fait de coincer la serviette sous sa barbe. Mamie est très élégante avec sa robe garnie de dentelle, par contre Mémé d’habitude si gaie semble bien sévère ainsi chapeautée.
 
Je ferme les yeux et j’entends le bruit des verres qui s’entrechoquent.
 « A la santé des jeunes mariés » « Longue vie à vous deux» « A votre bonheur » Doucement, deux larmes jaillissent et glissent lentement sur mes joues. Marie poursuit d’un - C’est rigolo de voir le visage de Papa posé ainsi, lui qui t’appelle toujours « mon bras droit » Elle se tourne alors vers moi et se méprenant sur mon visage mouillé me dit : -Ne pleure pas Maman, tu es toujours aussi jolie.
 
A nouveau, je lui souris comme je sourirai demain, comme j’ai toujours souri. Et pour moi seule je chanterai en secret cette chanson mélancolique les yeux plongés dans les yeux de cet homme, de ce peintre étranger ami de mon mari, son témoin dont je suis tombée follement amoureuse le jour de mes noces. Mon impossible amour !
 
J'aimerai toujours le temps des cerises :
C'est de ce temps là que je garde au coeur
Une plaie ouverte.
Et dame Fortune, en m'étant offerte,
Ne pourra jamais fermer ma douleur...
J'aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au coeur.
Le-temps-des-cerises.jpg
 
    La chanson de la mariée - Gunnar Berndtson
 
 
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rédigé par Mony

Publié dans #Vivre à deux ou....

Commenter cet article

chloé 08/08/2012 23:05


Et je souris, comme je sourirai demain, comme j'ai toujours souri ! Il y a des peines, des ressentis  et des chagrins qu'on ne peut partager avec les siens! Cette phrase me touche
particulièrement! Chloé

Miche 23/07/2012 06:22


Ces rencontres qui donnent le goût d'avoir manqué quelque chose... 


 

Sagine 21/07/2012 19:16


Est-ce triste ou est-ce gai ? l'amour est toujours un beau souvenir

md 21/07/2012 12:19


Eros est un joyeux farceur. Quelle ironie de tomber amoureux (se) d'un (e) autre le jour de son mariage...! Et cette photo qui ravive le souvenir..


Très beau texte, Mony.


 

emma 20/07/2012 15:49


certains peuples croient que les photographier c'est prendre leur âme, de même le peintre a pris celle de la mariée, une plongée sensible dans ce beau tableau

aimela 20/07/2012 11:55


la vie nous réserve toujours des surprises pas toujours  agréables, loin s'en faut

jill bill 20/07/2012 10:24


Bonjour Mony.... Une recontre au plus mauvais moment, le jour de ses noces !  Ah la vie.... merci, jill