L'héritage

Publié le 8 Septembre 2012

 
 
 
    Ce texte est inspiré par les photos amusantes de Pierre Beteille : clic
proposées par Miletune : clic 
 
- A Fiedor, je lègue tous mes livres…
La voix du notaire se perd dans la brume. Fiedor est cloué sur la chaise, sonné comme un boxeur sur le ring.
Ses livres ? Ah ! La vieille bique ! Ah ! La s…
Non, ne dis rien, Fiedor ! Respire, respire ! Le notaire va peut-être…
Hélas, Fiedor se retrouve comme un idiot dans la rue au côté d’un type un peu mal à l’aise. A lui, Fiedor, le neveu, les livres ; à cet inconnu, représentant la Société Protectrice des Animaux, la maison de famille, les bijoux et un portefeuille d’actions.
Je vaux moins qu’un toutou à sa mémère, qu’un perroquet rachitique, qu’un… qu’un… qu’un… Fiedor s’étrangle dans ses pensées.
---------------------
- Mais où je vais caser tout ça ?
Le livreur ne répond pas, le reçu signé il s’envole presto pour une autre livraison. « Time is money » telle est la devise de son patron.
Trois grandes caisses bourrées de livres poussiéreux ! Le trésor de tante Aglaé !
- Mon héritage ! Me faire ça à moi qui déteste lire ! râle Fiedor en donnant un coup de pied dans une des caisses.
- Mais à propos que lisait tante Aglaé ? Voyons voir…
Kessel… Mao (hé, hé, la vieille était curieuse de tout)…Orwel (connais pas)…Bach ? (Ah ! oui, Jonathan le goéland, belle musique !)…la Bible (j’y crois pas ! elle a lu l’ancien testament ?)…Sartre (rien que ça !)…Camus (peste soit de toi Tata)…Gulliver (que de souvenirs, je le réserve pour le lire éventuellement mais puff ! je préférais la bd de ma jeunesse)…
   ---------------------
Depuis un mois, Fiedor s’amuse comme un fou et dilapide son héritage sans aucun remord. Finies les idées noires, fini l’ennui, il a retrouvé la voie du bonheur simple, celle de la création. Face à son appareil photo et un livre à la main il fait l’idiot ou l’épouvanté, joue au curé dubitatif quant à une éventuelle multiplication des pains, vois passer d’un peu trop près des goélands, crée un jardin pour Gulliver, a la nausée au point de vomir des lettres en pagaille, se retrouve dans la savane aux prises à un lion cruel, mets des gants avec Camus, dégouline de rouge à cause de Mao, se paie une cuite à la Téquila et une barbe de trois jours à décoder Kant...
Un vrai délice cet héritage ! Et surtout une belle revanche sur tante Aglaë qui l’a toujours considéré comme un débile parce qu’il est artiste.
----------------------------
Les questions fusent, les appareils photos crépitent. Fiédor, fier comme un paon de son premier prix au Concours de la Photo de l’Année, fait face à la presse nationale et dans le brouhaha général il se permet un dernier pied de nez mental à l’adresse de sa muse Aglaë.
- Demain, promis, je vais offrir le gîte à un chien qui se languit à la S.P.A.
Aglaë, n’est ce pas un joli nom pour un toutou ? Aglaë au pied ! Ici, Aglaë ! Va chercher…
 
  
     
-----------------------------------------------------------------------------------------

Rédigé par Mony

Publié dans #Vivre à deux ou....

Commenter cet article

Nais' 08/09/2012 11:27


Trop drôle ce texte chère Mony !! Sacrée idée, tu as beaucoup d'imagination ^^
Il a finalement eu le bon héritage :)
Bises, à bientôt j'espère !

aimela 08/09/2012 11:09


S'il avait eu le gros de l'héritage, il ne se serait peut-être pas découvert  ce talent , il peut remercier  sa tante

emma 08/09/2012 10:18


amusant et plein d'esprit comme les phtos de Béteille qui sont carrément géniales

Annick SB 08/09/2012 09:21


Un pouvoir artistique pressenti par la tante Aglaë ? Probablement ! En tous les cas les deux sont géniaux en définitive !!!  

chloé 08/09/2012 08:49


J'avais beaucoup aimé ce texte! Bonne psychologie la  vieille tante comme quoi il n'y a pas que l'argent qui fait le bonheur! Chloé

louv' 08/09/2012 08:09


J'adore ! Quelle futée cette tante Aglaé ! Elle savait sûrement ce qu'elle faisait..