Elle me disait

Publié le 27 Septembre 2012

 

 

Elle me disait - cette peinture me fait rêver -

Elle, Jo, ma vie, mon amour.

Telle une enfant, elle avait découpé la photo du tableau de Hopper dans un magazine, l’avait plastifiée et s’en servait comme signet qui, d’un livre à l’autre, l’accompagnait.

 

compartiment-c-voiture-193-edward-hopper-1938-collection-i-.jpgElle me disait - j'aimerais m’embarquer à bord de l’Orient-Express ou du Transsibérien, traverser l’Europe et l’Asie au gré des escales… Milan, Venise, Belgrade, Istanbul… Moscou, Vladivostok… dormir, bercée par le roulis, prendre le petit-déjeuner et puis m’installer et observer la vie aux alentours...me faire belle, lire tous ces livres qui m’attendent... découvrir la beauté du monde…

 

Je la serrais alors contre moi, lui chuchotais du miel au creux de l’oreille et doucement, nous nous aventurions vers des ailleurs connus de nous seul.

Certains soirs, je la surprenais captivée par la photo avec à ses côtés un bouquin à la page égarée.  Où étais-tu Jo ? Traversais-tu la Cordillère des Andes ? Le Vietnam, l’Afrique ?

 

Un matin, comme tous les matins de boulot, nous avons pris le métro. Routine, promiscuité, passagers ensommeillés... Elle est descendue à la Bourse et du quai, elle m’a envoyé un petit baiser mais déjà la rame continuait sa route m’emmenant jusqu’à Rogier.

 

Ils m’ont dit - Monsieur, des centaines d’adultes disparaissent chaque année. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !

Seul le commissaire Mambo a marqué un peu de sollicitude, a entamé de vagues et vaines recherches.

Disparue, envolée, ma Jo !

 

Tu me disais - cette peinture me fait rêver...

Pour moi, elle est le lien qui me rattache encore à toi.

Où es-tu Jo ? Pour quel ailleurs m’as-tu quitté ?

 

Et pour fuir les images d’horreur, à mon tour, je rêve.

 

----------------------------------------------------- 

 Pour Miletune Clic

Rédigé par Mony

Publié dans #Solitude au bout du chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nais' 29/09/2012 17:40


Bonjour Mony ! Ouaah tu m'en as réservé des choses pour mon week-end, tu es très productive ;) Ce texte est magnifique, et tellement touchant...
Un beau portrait, un bel amour qui s'est terminé de facon abrupte. Il ne reste que le souvenir, et cette peinture...
Bravo, j'ai adoré :)
Bises, à bientôt j'espère !

Lorraine 28/09/2012 19:23


Ce tableau de Hopper t'a emmenée dans un beau voyage, Mony, un voyage des années 50, chimérique, aventureux, aux destinations soyeuses comme la zibeline, comme l'avenir, comme l'amour... L'amour
d'un homme désespéré qui ne saura jamais...


C'est très beau.

ermm 28/09/2012 18:24


c'est à souhait mystérieux comme le tableau, et oppressant...

louv' 27/09/2012 19:40


Le pire est toujours de ne pas savoir. Je préfère penser qu'elle s'est évadée dans ses ailleurs...

aimela 27/09/2012 09:41


Elle est peut-être partie avec ses rèves  dans  le transibérien  ou pris le bâteau pour une île enchanteresse qui sait

jill bill 27/09/2012 08:19


Bonjour Mony !  Découvrir la beauté du monde disait-elle, ne cherchons plus, elle est quelque part  Bon jeudi
Mony, amitiés, jill