Chez Boniface

Publié le 12 Juin 2012

 
 
Assis à califourchon sur la chaise du café, Mathieu prend ses aises tout en soulageant son dos mis à rude épreuve par le travail de la semaine. Il sort de sa poche sa tabatière et entreprend de rouler minutieusement une cigarette avec l’odorant tabac de la Semois.
Un coup de langue humide sur le fin papier, un ajustement précis des moindres brins, un petit tapotement contre la table et la cibiche est allumée avec délectation.
Longue inspiration, les yeux mi-clos.
Lente expiration de satisfaction.
 
mintchine.jpg- Que bois-tu Mathieu ? demande Boniface.
- Comme d’hab !
Le verre de vin frais entre les doigts Mathieu est tout à son contentement.
Dans la salle, à l’étage du café, la fête de la société de gymnastique bat son plein et les jeunes en tutus, collants ou tenues folkloriques viennent tour à tour se désaltérer au comptoir.
- C'est beau la jeunesse ! s’exclame Mathieu, le regard attendri.
Quelques rires étouffés, quelques œillades à la dérobée vers les tables ; la jeunesse se moque bien des vieux voyeurs.
Les verres succèdent aux verres. Les tournées générales s’entrecroisent. Mathieu ne sait plus à la santé de qui il boit.
La sienne ? Bah ! Il y a si longtemps qu’il ne s’en soucie plus et ses yeux injectés de sang en témoignent.
 
 --------------------------------
 
- Allons, Mathieu, réveille-toi, la fête est finie, on ferme !
- Boni…Boniface… on est mieux chez toi, qu’en…qu’en face !
En titubant légèrement, Mathieu traverse la route, longe le mur du cimetière et s’en retourne vers sa ferme pour une semaine de labeur et de solitude.
En passant devant la grille entrouverte, il s’arrête le regard tétanisé par une lueur sur une pierre blanche, celle de la tombe de sa Jeanne. Alors, le poing levé vers le ciel, il pousse un cri rauque et rageur « putain de camion ! » Sans lui, sa Jeanne serait toujours à ses côtés.
 
Vite, l’autre main fouille la poche de la veste à la recherche de la tabatière, sa consolatrice.
----------------------------------------------------------
 
Pour Miletune d'après une oeuvre d'Abraham Mintchine : Le buveur

Rédigé par Mony

Publié dans #Solitude au bout du chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sagine 14/06/2012 15:04


triste histoire mais très agréable à lire

louv 12/06/2012 09:40


Il y a souvent une détresse cachée chez ces "buveurs", qui de plus, ont pour béquille une fidèle "cibiche". Ce texte un peu triste me touche.


Bonne journée Mony

emma 12/06/2012 09:21


bien vivante (parce que bien écrite) cette scene de la parenthèse alcoolisée et animée dans la vie d'un pauvre homme