Carpe Diem

Publié le 5 Juin 2012

     
Ana-Ana* était tout heureuse de se sentir en vacances par ce beau week-end de printemps. Depuis son lever, elle chantonnait et se sentait pousser des ailes à l’idée d’une longue balade à vélo avec ses parents.
 
Au potager, sa maman, le dos courbé, semait des carottes dans un petit sillon de terre. De la poche de sa salopette quelques sachets de semences diverses pointaient leur nez, impatients. Un peu plus loin, à l’ombre de la haie, des poireaux plongés dans du pralin attendaient sagement d’être repiqués dans la terre fraîchement retournée.
- Pas le temps d’aller me promener, dit maman à Ana-Ana, il faut soigner les légumes pour qu’ils aient une belle croissance et donnent une bonne récolte.
 
Dans l’allée du garage tous les meubles de jardin étaient alignés au garde à vous.
- Que fais-tu papa ?  questionna Ana-Ana en sautillant d’une chaise à l’autre.
- Je vais enduire le bois des meubles afin de le protéger des intempéries et des rayons du soleil, ainsi il vieillira bien, expliqua papa qui se débattait avec un couvercle de pot de peinture récalcitrant.
 
Dépitée, Ana-Ana enfourcha son vélo rose et lança : - je vais chez Pépé !
Seules les pies affairées dans leur nid lui répondirent en jacassant comme des commères.
 
Pépé, installé sur sa terrasse, se reposait un livre dans les mains. La veille, il avait soulevé l’échelle pour grimper dans un arbre où une branche brisée par les grands vents devait être dégagée.
- J’ai mal au dos, avoua Pépé, l’échelle est trop lourde pour mes vieux os. Puis, voyant la mine tristounette de Ana-Ana, il demanda : - veux-tu que je te raconte une histoire ? 
Pépé était un conteur né et la fillette adorait quand, installée derrière lui sur le dos du fauteuil, il l’emmenait vers des horizons où l’aventure était toujours au rendez-vous. Dans ces moments là, elle était plongée dans l’action et oubliait tout du quotidien.
 
Il-etait-une-fois.B--2-.jpg- … et c’est ainsi que Tom, retrouva…  Pépé fut interrompu par l’arrivée soudaine de son fils et de sa belle-fille.
- Ana-Ana, tu es là ! Nous nous demandions où tu étais !  s’inquiéta papa.
- Je te croyais occupée dans ta chambre, ajouta maman.
Alors, Ana-Ana répondit : - non, je vieillis ici avec Pépé puisque vous n’avez pas le temps de me voir grandir !
 
Pépé esquissa un petit sourire sous sa moustache mais ne dit mot et les parents échangèrent un regard dans lequel Ana-Ana descella une lueur désolée.
 
Le lendemain, après que papa eut frictionné avec vigueur le dos de Pépé avec une odorante pommade camphrée, la famille s’élança à vélo à l’assaut des chemins de campagne, le pique-nique solidement arrimé sur les porte-bagages.
- Carpe diem, avait dit maman et papa avait hoché la tête.
 
Ana-Ana se promit de demander à son Pépé qui, comme tous les grands-pères, avait réponse à tout, ce que les carpes venaient faire dans l’histoire et qui était ce mystérieux Diem au nom si charmant.
 
(*en clin d’œil à la délicieuse BD " Pico Bogue" et à ses truculents personnages)
 
  ---------------------------------------------------------------
 
Pour Mille et une d'après une peinture de Danielle Allard
 

Rédigé par Mony

Publié dans #Mes sucres d'orge

Commenter cet article

Nais' 08/12/2012 11:57


Bonjour chère Mony !
Jolie histoire... Un peu triste, mais elle montre combien la famille est importante !
J'aimerais que mes grands-pères soient toujours là.
Bises, bonne journée :)

Sagine 11/06/2012 15:10


On voudrait tous avoir un pépé comme celui-là. C'est rare. Par contre les parents on connait ; nos enfants ne pensent-ils pas tous la même chose ?

aimela 05/06/2012 22:31


Les parents n'ont pas beaucoup de temps , heureusement qu'il y a un grand père , ce n'est pas toujours le cas ,
parfois les enfants s'élèvent tous seuls

louv' 05/06/2012 15:57


"vous n'avez pas le temps de me voir grandir" : une phrase d'adulte prononcée par une enfant et qui en dit long...heureusement que les pépés sont là ! :)

emma 05/06/2012 11:02


une belle philosophie - et une remise en ordre des priorités

jill-bill 05/06/2012 09:57


Bonjour Mony ! Ah je m'en souviens oui...  Un charmant pépé qui prend le temps que les parents non pas.... Bon mardi de la part de jill

chloé 05/06/2012 08:57


J'avais beaucoup aimé ce texte, et j'ai eu autant de plaisir à le relire! C'est extraordinaire comment tu rends les choses vivantes, tu leurs donnent une âme! " les semences qui pointent leur
nez; les poireaux qui attendent sagement; la moustache qui sourit; les pies... "C'est tout simplement magnifique! Bonne journée à toi. chloé