Bon voyage !

Publié le 25 Octobre 2012

 
« Bon voyage ! »
Le ton rauque de la voix d’Adrien me fait sursauter. D’une simple inclinaison de la tête, je remercie mon frère et Adrian de son air renfrogné, véritable marque de son caractère taiseux, me tend alors mon petit bagage. Il ne faut pas tarder, l’embarquement est prévu à 16 heures. Le cœur battant d’excitation, je rejoins le groupe de voyageurs. Nous sommes au nombre de sept, trois femmes et quatre hommes, tous plus âgés que moi.
D’un dernier geste, j’envoie un baiser à Adrian et déjà il se détourne. Je ne lui en veux pas, je le sais malheureux de ne pouvoir m’accompagner. Ce voyage c’était son rêve à lui aussi mais ce bras cassé et mal rétabli l’empêche de tenter le challenge qui nous attend. L’heure n’est pas aux attendrissements pourtant j’aurais tellement aimé le sentir à mes côtés.
 
…………………..
 
Nous roulons depuis des heures. Les conversations du départ se sont petit à petit effilochées et hormis le bruit du véhicule le silence s’est installé. J’essaie en vain de dormir, trop tendue je n’y parviens pas. Ce but à atteindre je l’espère depuis tant de mois. Sou après sou, il m’a fallu épargner longtemps pour pouvoir m’offrir ce voyage et enfin je suis en route. Je vais voir d’autres paysages, connaître des coutumes différentes ; mes pensées se bousculent et me projettent vers ces jours qui m’attendent. Je les imagine heureux, chargés de découvertes intéressantes, de rencontres et de surprises. Tout autour de moi le moteur ronronne, apaisant, tellement apaisant.
Le calme soudain me réveille. Il me faut un moment pour réaliser où je suis. Les femmes chuchotent, je comprends qu’elles espèrent une pause pipi attendue par tous. Le chauffeur déverrouille la porte et nous pouvons enfin nous dégourdir les jambes et nous soulager derrière quelques buissons. Le trafic est fluide à cette heure de la nuit, des camions et encore des camions se dirigent vers la frontière proche à présent.
…………………..
 
Première frontière... traversée d’un pays... seconde frontière… Sous les roues les kilomètres défilent et peu à peu, entre les haltes de repos ou de ravitaillement, je perds la notion du temps. Le chauffeur peu loquace annonce : Germany puis bien plus tard Belgium.
 
« Belgium » !
Tout bas, je répète ce mot que j’ai repéré sur la carte avant le départ. Belgium, petit pays si prêt de notre destination. Bientôt nous serons sur le ferry voguant vers l’England.
J’ai faim, j’ai soif, je me sens crasseuse, mon dos n’est que douleurs mais mon cœur est léger, léger. Adrian sera fier de moi !
 ………………..
 
Le véhicule ralentit, s’arrête et nous entendons des voix proches de nous, trop proches de nous. Le chauffeur discute, sort du camion, ouvre les portes. Silencieux, osant à peine respirer nous sommes tétanisés par l’angoisse. Un chien aboie, ma voisine éclate en pleurs tandis que la cloison nous séparant du reste de la cargaison est déplacée. Tout se passe comme dans un rêve au ralenti, ouaté et totalement irréel. Je vais me réveiller, il le faut. Adrian, l’England…
 
Papiers, passeport, visa ?
Passagers clandestins sans identité, parias venus de l’Est tel est notre nom. Où serons-nous demain ?
 
 
----------------------------------------------------
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rédigé par Mony

Publié dans #Solitude au bout du chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ratatouille0 03/11/2012 20:06


Une chute dramatique et réaliste qui insuffle une certaine puissance à ton texte... Très beau ta façon de décrire ce genre d'évenement!

Jeanne Fadosi 28/10/2012 09:58


ces drames ne devraient pas exister ...

chloé 26/10/2012 21:22


On sait souvent ce qu'on quitte mais  malheureusement pas  toujours ce qu'on retrouve et l'espoir se brise! De véritables drames qui défient encore trop souvent la chronique! Merci
mony.cordialement Chloé

emma 26/10/2012 09:52


j'aime la façon simple dont tu racontes ce drame de notre époque, cela le rend encore plus terrible

louv' 25/10/2012 23:30


Eh oui ! Encore et toujours, l'espoir d'une autre vie, et très souvent le désenchantement au bout du voyage....

Nais' 25/10/2012 16:44


Bonjour Mony !
Ouah... Magnifique tout simplement ! Quel talent, tu sais vraiment garder le suspense entier et  toucher avec tes beaux mots.
Bises, bonne journée !

cloclo 25/10/2012 10:10


Tu fais durer le suspense jusqu'au bout, on sentait l'angoisse monter jusqu'à la fin, pour nous éclairer finalement sur les dernières lignes, ton texte est bien mené, bravo !

aimela 25/10/2012 09:37


Combien de ces pauvres croient à l'Eldorado et qu'ils pourront enfin vivre heureux ? malheureusement ce n'est pas le cas et ils  se retrouvent en enfer  bien pire que dans leur
pays puisqu'ils n'ont pas l'aide morale de leurs proches Très joli texte  

jill bill 25/10/2012 08:01


Bonjour Mony.... Un voyage de l'espoir, quitter un enfer pour un autre... sans papier, sans visa.... Bonne chance !  Jill, merci...