A quoi bon ?

Publié le 7 Février 2013

A quoi bon retrouver le jour et l’heure ? Tant de temps s’est écoulé depuis.

A quoi vous servirait de connaître mon emploi du temps, savoir si j’ai repassé du linge entassé dans une corbeille, fait le plein de la voiture ou préparé du potage ? A quoi ?

Détailler les quatre heures passées à pointer des plateaux-repas, à servir des bières, des cafés ou des glaces dans le brouhaha du coup de feu serait à mes yeux si dérisoire. Et le livre que j’ai tenté de lire en vain …

Pourquoi vous dire la nuit passée à veiller la petite enfiévrée ou vous dépeindre le petit matin pluvieux ? Pourquoi ?

Pourquoi, pourquoi ? Ces mots martelaient sans cesse mon esprit, prenaient toute la place, m’aveuglaient d’une brume cotonneuse.

Et la rage, comment vous faire mesurer la rage qui couvait en moi comme la lave d’un volcan ? Et la révolte submergeant toute la cruauté de ce monde hyper informé.

Je savais, nous savions tous. Comment échapper au voyeurisme, à la dérision de nos moyens face aux catastrophes naturelles ?

Nausée et honte, voilà le souvenir de ces jours de lente agonie filmée en direct.

Son agonie à elle, Omayra Sanchez, jeune colombienne prisonnière d’un torrent de boue.

--------------------------------------------------- 

Commenter cet article

emma 11/02/2013 10:25


qui a vu ces images qui nous tansformaient en voyeurs de l'abominable ne pourra jamais les oublier, d'y repenser est angoissant... elle était si jolie douce et parlait à sa mère , c'est une
horreur indicible

Lorraine 08/02/2013 11:25


Je n'ai rien oublié, moi non plus. Cette photo est en moi, dans mon silence, dans ma révolte, dans ma douleur. Les reporters disent qu'"informer c'est leur devoir, leur métier". Pas quand cela
devient du voyeurisme, pas quand ils alimenente les curiosités malsaines des foules, entretiennent un suspens qui ressemble à une infâme gourmandise, qui s'almente  longuement d'une agonie.
Nausée et honte, oui, tu as raison. Il fallait le redire et le redire encore.


Merci.


Lorraine

Aimela 08/02/2013 07:47


Je ne me souviens pas de  cette fillette mais il y en tant d'autres qui sont  cernés  par des caméras avides d'images pour  des voyeurs que nous devenons au fil des jours pour
soi disant  " l'Histoire"C'est une honte  aussi bien pour le caméraman  que pour nous qui n'éteignons pas nos télés.

louv' 07/02/2013 21:24


Rien n'arrête le voyeurisme médiatique, hélas. Ce fait divers en est un bien triste exemple, et nous étions impuissants...

M'amzelle Jeanne 07/02/2013 21:00


Merci de rappeler cette fillette... noyée dans la boue sous des gravats de la terre colombienne sous les yeux d'un cameraman qui nous a montré en direct l'agonie de la pauvre petite.. Il y a des
regards que l'on ne peut oublier !
Tu m'a laissé un gentil message sur Miletune et je te  remercie.


M'mamzelle Jeanne

Nais' 07/02/2013 19:34


Bonsoir Mony !
Cette histoire ne me dit rien... Dieu merci, je ne peux donc pas me repasser ce film dans la tête, mais bien d'autres s'y entassent déjà.
C'est un bel hommage révolté.
Bises, belle soirée à toi !

Annick SB 07/02/2013 16:26


C'est vrai que ce moment était atroce et que j'ai encore du mal à comprendre que les médias soient cyniques à ce point ... 

jill bill 07/02/2013 16:06


Bonjour Mony... je m'en souviens très bien !!! Cette jeune fille retenue dans les décombres et la boue et l'eau qui montait et... Oui filmée sans rien y pouvoir....  ??? Je me pose encore la
question des années plus tard ! Merci.... jill