En piste, les enfants !

Publié le 16 Juin 2014

Pedro, ce n’est pas mon père, pas vraiment...

Quand il me dit "fils" je vois pourtant briller ses yeux.

Moi, je m’appelle Rana. C’est Pedro qui m’a donné ce surnom quand il m’a trouvé dans un fossé, là-bas dans le Nord, au bord d’une route lointaine.

- Couché sur le ventre, les membres écartés, et trempé par la pluie, tu ressemblais à une petite grenouille, fils !

Pourquoi passait-il par-là ? Qui m’avait abandonné, seul, dans la nature ? Que de questions j’ai pu poser à Pedro !

- Fils, c’est le destin qui nous a réunis toi et moi ! Ne sommes-nous pas heureux ?

Pedro est un incorrigible bavard quand il s’agit de sa passion, le spectacle.

- Que de bonheur, fils, quand les gens applaudissent ou quand les sourires illuminent les visages des enfants. N’avons-nous pas un métier merveilleux qui nous mène de bourgade en bourgade? Dès l’instant où nous enfilons nos costumes de scène nous sommes les rois !

Oubliées les heures d’entraînement quotidien, les douleurs musculaires ou les repas aléatoires… Pedro ne retient que le souffle court des spectateurs aux instants les plus périlleux, les éclats de rire, l’incrédulité ou l’ébahissement face aux tours de magie, les mains frappées à la cadence donnée par le trompettiste, le silence imposé par le roulement de tambour…

Oui, Pedro est un incorrigible bavard…

Mais Pedro se tait quand je maquille son visage…

Pourrais-je aujourd’hui le regarder dans les yeux ?

Violetta, tour à tour écuyère, danseuse, équilibriste, dresseuse de chiens… Violetta, mon amie, ma confidente, m’observe dans le reflet du miroir. Je sens son regard posé sur moi, son interrogation. Ma main tremble. Le pinceau dessine un sourire étrange sur la face enfarinée de Pedro. Le sourire dérisoire qu’il fera demain quand il s’apercevra de mon départ ?

Comment pourrais-je lui dire que je le quitte pour rejoindre ce Nord que m’a décrit Arturo, le peintre qui nous a accompagné pendant quelques jours ?

Comment lui faire comprendre que je veux connaître ces gens auxquels, paraît-il, je ressemble tellement ?

Mais surtout, surtout, comment lui avouer mon désir de rencontrer ce personnage de légende, ce Buffalo Bill ?

Pedro connaît-il son histoire ? Pourrait-il comprendre mon espoir de suivre un jour la troupe de cet ancien chasseur de bisons sur les routes et qui sait au-delà des mers ?

Violetta fredonne. Le chien renifle, s’ébroue.

Je me détourne, troublé, et range le pinceau.

- En piste, les enfants ! dit Pedro.

---------------------

Pour Mil et une - clic  -  Peinture de Arturo Michelena - clic

Commenter cet article

Jeanne Fadosi 20/06/2014 12:15

une histoire bien émouvante contée avec délicatesse
je pense inévitablement Au petit bonheur de Félix Leclerc

Lorraine 19/06/2014 19:25

La belle histoire d'une tendresse qui se déchire parce que la vie est ainsi faite! Comment ne pas comprendre et l'espoir du lendemain et le chagrin du vieux Pedro?...
Lorraine

aimela 17/06/2014 17:02

Il est temps pour "fils" de partir voir ailleurs, connaître autre chose, il ne pourra que mieux revenir retrouver Pédro .