Ecoute, t'endors pas !

Publié le 20 Janvier 2014

- Gilles, bon sang t’endors pas, écoute ! Tu les entends ? Sûr, ils arrivent, t’endors pas.

- J’entends rien, laisse-moi… c’est doux, j’ suis bien…

- Essaie de te glisser contre moi, nous aurons plus chaud, moi, j’ peux pas bouger.

- Aie … arrive pas ... soif, ma gorge brûle…

- La gourde, là, à ta droite, tends le bras… Gilles, je t’en supplie réagis, t’endors pas !

- Mmm…

- Les secours arrivent, écoute les chiens… et l’hélico, tu l’entends, Gilles, tu l’entends ?

- … entends des cloches … soif …

- Ouais ! Des cloches comme celles du Beffroi... Dis-moi, tu te souviens de nos virées dans les cafés de la Grand-Place... et du jour où nous avions dragué ce groupe de touristes espagnoles ?

- Vois … Martine … elle rit comme avant et même... elle danse … je .. je cours la rejoindre.

- Merde ! Gilles ne me laisse pas, écoute mieux je te dis... Gilles, réponds-moi…

- Pour … pourquoi elle danse ?

- C’est de bonheur, mon vieux, elle te retrouve enfin … Gilles ???... Gilles, je t’en supplie, ne t’endors pas, tu as raison, son rire résonne ! C’est elle, elle s’approche, regarde comme elle est belle dans sa robe légère, on dirait une fée et puis elle chante, sa voix tinte comme du cristal.

- Mmm, tes bras… serre-moi … je t’aime…

- Elle t’aime aussi Gilles. La preuve, elle est venue de si loin, juste pour toi. Tu avais raison, Martine est formidable, elle ne pense qu’à toi.

- Doux … bien ..

- Gilles ? Gilles ?... écoute...

Une chanson douce

Que me chantait ma maman

En suçant mon pouce

J’écoutais en m’endormant.

Cette chanson douce,

Je veux la chanter pour toi,

Car SA peau est douce

Comme la mousse des bois. clic

Le bruit du moteur de l’hélicoptère résonne enfin contre les parois et me sort de ma torpeur. Mes yeux brûlants fixent les aiguilles cassées de ma montre. Depuis combien de temps sommes-nous là ?

- Gilles, mon ami, as-tu résisté à son appel ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

image : couverture du livre "La grammaire est une chanson douce" Eric Orsenna clic 

Commenter cet article

ABC 04/02/2014 21:46

Je sens le froid, la neige, la glace et la fin qui approche rampante pendant que les secours passent au-dessus de nos têtes sans nous voir...

emma 21/01/2014 10:56

la sirène des neiges, résiste, Gilles, angoissant et fort, mais ça va bien finir, grâce à ces magnifiques sauveteurs

aimela 20/01/2014 21:41

J'espère que Gilles s'en est sorti , il y a tant qui ont laissé leur vies

Nais' 20/01/2014 20:16

Ouille... Quel récit douloureux... Alors, est-ce que Gilles s'en est sorti, ou est-il allé rejoindre sa Martine pour de bon ?
Malgré la gravité de la situation, la façon de nous l'amener est douce et apaisante..
Joli.

Bonne soirée Mony,
À bientôt :)

Nais'

Louv' 20/01/2014 19:10

Brrr...On imagine parfaitement l'immobilité, le froid qui engourdit, le délire...A croire que c'est du vécu (enfin j'espère que non)...Chouette, ce texte, Mony.